Wednesday

Le Crépuscule du soir


Voici le soir charmant, ami du criminel;
II vient comme un complice, à pas de loup; le ciel
Se ferme lentement comme une grande alcôve,
Et l'homme impatient se change en bête fauve.


Ô soir, aimable soir, désiré par celui
Dont les bras, sans mentir, peuvent dire: Aujourd'hui
Nous avons travaillé! — C'est le soir qui soulage
Les esprits que dévore une douleur sauvage,
Le savant obstiné dont le front s'alourdit,
Et l'ouvrier courbé qui regagne son lit.
Cependant des démons malsains dans l'atmosphère
S'éveillent lourdement, comme des gens d'affaire,
Et cognent en volant les volets et l'auvent.
À travers les lueurs que tourmente le vent
La Prostitution s'allume dans les rues;
Comme une fourmilière elle ouvre ses issues;
Partout elle se fraye un occulte chemin,
Ainsi que l'ennemi qui tente un coup de main;
Elle remue au sein de la cité de fange
Comme un ver qui dérobe à l'Homme ce qu'il mange.
On entend çà et là les cuisines siffler,
Les théâtres glapir, les orchestres ronfler;
Les tables d'hôte, dont le jeu fait les délices,
S'emplissent de catins et d'escrocs, leurs complices,
Et les voleurs, qui n'ont ni trêve ni merci,
Vont bientôt commencer leur travail, eux aussi,
Et forcer doucement les portes et les caisses
Pour vivre quelques jours et vêtir leurs maîtresses.


Recueille-toi, mon âme, en ce grave moment,
Et ferme ton oreille à ce rugissement.
C'est l'heure où les douleurs des malades s'aigrissent!
La sombre Nuit les prend à la gorge; ils finissent
Leur destinée et vont vers le gouffre commun;
L'hôpital se remplit de leurs soupirs. — Plus d'un
Ne viendra plus chercher la soupe parfumée,
Au coin du feu, le soir, auprès d'une âme aimée.


Encore la plupart n'ont-ils jamais connu
La douceur du foyer et n'ont jamais vécu!


— Charles Baudelaire


Photos: Emegha Eleode

Friday

Plucked from a Renoir painting


Now that temperatures are on the rise, it's the perfect time to dress in sheer fabrics, sorbet shades, candy hues and, my favorite spring standout, floral dresses. There's nothing more wonderful than to indulge myself in sugar-coated lace or the most idyllic of flower prints and join the spring's graphic garden party. This time, I chose a Renoir inspired dress. His paintings portray the beauty and color of life and I always used to say that he redefined the way we view the world with his keen eye for feminine seductiveness. Renoir's work is so full of charming people and attractive sentiment, yet what lingers is not an excess of sweetness but a freshness that is not entirely explicable. The warm sensuality of Renoir's style made his paintings some of the most valuable and influential in the world, frequently reproduced in the history of art. If only all artists were so lucky as to see just what sort of impact their work had on future generations and the world as a whole..

Photos: Emegha Eleode


"Why shouldn't art be pretty? There are enough unpleasant things in the world..." 
 ~Pierre-Auguste Renoir

~Fresh Notes

There is a sense of purity in the air as the new season embraces a cleaner, calmer sensibility. Fashion's serene, effortless lines usher in a new-found confidence: there's a certain elegance that comes from clothes that feel familiar, albeit finessed or spiked with the most uplifting of colours - powder pink, optimistic yellow, vivid turquoise. Isn't it wonderful to drift into spring with the poise of a woman looking forward to looking ahead? 
❀ ✿ ❁